• SEBASTIEN BRANT LA NEF DES FOUS.

    SEBASTIEN BRANT LA NEF DES FOUS.
     
    C'est en février 1494, durant le Carnaval - la saison des fous - que parut à Bâle Das Narren schyff du Strasbourgeois Sébastien Brant. Le succès fut foudroyant et durable. Jamais, depuis l'invention de l'imprimerie, un livre en langue allemande n'avait connu pareil succès.
    Brant, dominé par l'idée que les malheurs des hommes résultent de leurs péchés, entreprend de leur montrer la laideur de leurs vices ou folies et présente une galerie de portraits de fous ou chacun pourra se reconnaître. Rien n'échappe à sa rigueur impitoyable: l'orgueil, la fraude, le blasphème, l'usure, mais aussi la manie des voyages, la désobéissance au médecin, les sérénades nocturnes...
    Derrière le moraliste âpre et sans concession, pointe un observateur fin, souvent truculent. Cette attention aux hommes et à la vie - magnifiée par la superbe série de gravures sur bois, à laquelle Dürer, jeune, aurait travaillé - confère à la Nef des fous une vigueur et une modernité sans ride.
    « PHILIP DICK EN ATTENDANT L ANNEE DERNIERE.HUBERT DAMISCH LE JUGEMENT DE PARIS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter