• WILLIAM BLAKE 
    LE MARIAGE DU CIEL ET DE L ENFER

    Introduits par le Livre de Thel (1789), figure de la prise de conscience enfantine de la Mort, le Mariage du Ciel et de l'Enfer (1793) et l'Évangile éternel (1818), réunis ici pour la première fois en seul volume, sont les deux « réécritures » blakiennes de la Torah juive et des Évangiles chrétiens.
     
    Blake l'affirme lui-même : il veut écrire une autre Bible - il va jusqu'à évoquer une « Bible de l'Enfer ». Messie négatif, transgresse-t-il la « loi » pour mieux l'affirmer ? De quel « Exil » serait-il la promesse enfin tenue ? Au delà des « influences » et des « sens », qu'est-ce qui motive le poète ?
     
    Blake n'est pas, comme le voulut Bataille, un poète du Mal. Il « montre » le Mal, mais c'est pour le fondre dans la Contradiction universelle, pour démontrer qu'il mène à la possibilité du Bien !
     
    Il s'en prend vigoureusement aux « institutions », mais sa Bible noire et son Evangile blanc sont des approches poétiques et mystiques qui dessinent les contours de la même Loi fondamentale : il y a du symbolique et ce champ est la dimension et l'espace du Père.
     
    Excellent connaisseur de la Bible et de la Kabbale - jusqu'à apprendre l'hébreu pour les lire dans le texte -, loin de vouloir brûler les Livres, il en rappelle l'évidence poétique. Le feu qui y brille est celui de la révolte intérieure, de l'aspiration à l'Absolu, l'appel sans fin à la transgression suprême et quotidienne.
     
    Alain Suied

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  
    HISTOIRE DES FLÉAUX ET DES CALAMITÉS EN FRANCE.
    Notes de quatrieme de couverture.
     
    Raz de marée, tremblements de terre, accidents nucléaires, épidé­mies nouvelles... La nature, ses déchaînements, l'erreur, voire la folie humaine dans le monde, alimentent l'actualité et suscitent une angoisse : si cela arrivait en France? Cela est déjà arrivé. Hier, les pestes, les famines, les pillages, les inondations, les séis­mes, toutes calamités mentionnées dans les livres de raison des curés, les mémoires, les registres de notaires... ont ponctué notre histoire. Elles font apparaître un fond commun d'expressions, de comportements, de représentations profanes ou religieuses, matérielles ou mentales, mythiques ou symboliques, pétries d'obsessions, de fatalité, d'espoir... C'est autour d'elles, autour des mutations et des ruptures qu'elles ont provoquées dans l'ordre psychologique, moral et social, que les historiens lisent à la fois le malheur ancien et la reconstitution du tissu social, dégagent ce qui conditionne, aujourd'hui, nos réactions face aux menaces du XXIe siècle.
    C'est cette dimension de notre mémoire collective que reconstitue LES MALHEURS DES TEMPS, ouvrage d'esprit nouveau réalisé par une équipe de chercheurs de renom international. Les fléaux et les calamités y sont analysés, tels qu'ils ont été vécus et représentés, tels qu'ils ont évolué jusqu'à nos jours, réactivant toujours la relation des Français à la peur, au tragique, à la mort.





     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire