• PACIFIC PARK PHILIP DICK

    PACIFIK PARK
    PHILIP DICK


    Être une jeune Californienne à la fin des années 1950 n'est pas une mince affaire. Ainsi, Mary Ann Reynolds cumule les boulots minables de sténo et ne sait plus où donner de la tête entre un père violent et un petit ami aussi stupide que possessif. Et tomber amoureuse du chanteur noir de la boîte de jazz locale ne risque pas d'améliorer les choses... Avec Pacific Park, l'écriture de Philip K. Dick s'inscrit dans une tradition pseudo-réaliste proche de Boris Vian. Comment ne pas songer aux héros de L'Écume des jours et de L'Arrache-Cour en suivant les aventures de la jeune Mary. Une émouvante ballade « jazzy » où les passions et la chasse au bonheur se mêlent en une séquence que n'aurait pas dédaignée Lester Young.
    « RECITS DE LA KOLYMA CHALAMOVPHILIP DICK EN ATTENDANT L ANNEE DERNIERE. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter