• LE SYMPTOME CHARLATAN. TEXTES REUNIS PAR LA FONDATION DU CHAMP FREUDIEN.

    LE SYMPTOME CHARLATAN

    TEXTES REUNIS PAR LA FONDATION DU CHAMP FREUDIEN.

    Le symptôme freudien est un savoir. et qui pourrait parler. Mais il y faut la croyance, dit Lacan. Sur quoi porte-t-elle' Sur le sens qu'il recè­lerait, et qui serait à déchiffrer. Pourtant, le symptôme est aussi ce qu'il y a de plus réel dans la cure analytique : il résiste, on s'y cogne. on n'en peut mais, une répétition inexorable le soutient. le sujet sans cesse en souffre et en jouit. D'où la question récurrente dans le dernier ensei­gnement de Lacan : puisqu'il y a du sens dans la jouissance. se pourrait ­il qu'il y ait du sens dans le réel alors que la » notion - même du réel exclut le sens.
    C'est une mise en question des fondements mêmes de la psychana­lyse bien plus radicale, bien plus méchante et pertinente, que les cri­tiques éventées, édentées, qui ne lui ont jamais manqué.
    Que Freud ait été un charlatan, il n'y a que des imbéciles pour le croire, que des négationnistes pour le dire. La vraie question n'est pas celle-là, mais bien que le symptôme lui-même est charlatan. Un réel qui parle et qui ment, voilà à quoi nous avons à faire dans l'analyse. Comment le penser? Comment s'en débrouiller?
    Les post-modernes avaient cru se débarrasser du réel dans le même temps qu'ils dépréciaient la vérité (« il n'y a que des interprétations »). Ils ont en définitive nourri le nouveau bon sens, sceptique et techni­cien. L'heure est aux sagesse-orientales, libérales-et aux Lifestvle Drugs - Prozac, Viagra. La voie lacanienne n'a rien à voir avec ces idéaux d'anesthésie. Elle discrimine entre le semblant et le réel. Elle élabore
    Le reel special qui est celui de la clinique « l’impossible à supporter ».
    Jacques-Alain Miller.
    « FRANCOIS FURET LA REVOLUTION FRANCAISE.Os congaceiros. Les bandits d honneur bresiliens. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter