• Le confident Hélène Grémillon

    Extrait

     

    Un jour, j'ai reçu une lettre, une longue lettre pas signée. C'était un événement, car dans ma vie je n'ai jamais reçu beaucoup de courrier. Ma boîte aux lettres se bornant à m'annoncer que la-mer-est-chaude ou que la-neige-est-bonne, je ne l'ouvrais pas souvent. Une fois par semaine, deux fois les semaines sombres, où j'attendais d'elles, comme du téléphone, comme de mes trajets dans le métro, comme de fermer les yeux jusqu'à dix puis de les rouvrir, qu'elles bouleversent ma vie.
    Et puis ma mère est morte. Alors là, j'ai été comblée, pour bouleverser une vie, la mort d'une mère, on peut difficilement mieux faire.

    Je n'avais jamais lu de lettres de condoléances. A la mort de mon père, ma mère m'avait épargné cette funèbre lecture. Elle m'avait seulement montré la convocation à la remise de médaille. Je me souviens encore de cette foutue cérémonie, j'avais treize ans depuis trois jours : un grand type me serre la main, il me sourit mais c'est un rictus que je reçois à la place, il a la gueule de travers et quand il parle, c'est pire.
    - Il est infiniment déplorable que la mort ait été l'issue d'un tel acte de bravoure. Votre père, mademoiselle, était un homme courageux. 
     

     

    Revue de presse

    Le confident pose un regard exempt de jugement et plein de sagesse sur les hommes et les femmes que nous sommes, aux existences tissées de vrai et de faux, où l'amour et la peur sont à la fois criminels et rédempteurs. Les amateurs de style ne seront pas en reste, tant ce livre, méticuleusement écrit, s'offre à la lecture dans un phrasé fin et harmonieux qui rend à merveille la voix des héroïnes. (Karine Papillaud - Le Point du 9 décembre 2010 )

    « Méthode de musculation : 110 exercices sans matériel Olivier Lafay Fleur de tonnerre Jean Teulé »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter