• L'épopée de la révolte. le roman vrai d'un siècle d'anarchie 1862-1962

    Guilleminault G. Ilbert Mahe André



     
    Mais ce qui étonne surtout l'enquêteur, c'est que les jeunes bandits « avaient une notion très élevée et très pure de l'amour. Ils en parlaient sans vulgarité, même avec une sorte de réserve que leur. inspirait un respect naturel pour la femme, sentiment qu'on ne retrouve pas toujours, hélas, chez les honnêtes gens ». « Leur notion de l'amour, estime t-il, a un côté platonique et ingénu qui ressemble à l'amour  d'escholiers.
    L'aventure des bandits tragiques n'est donc pas seulement une affaire criminelle retentissante. Par la personnalité de ses protagonistes, elle s'insère dans l'histoire d'une époque et, à sa façon, l'éclaire.
    Racontant l'exécution de Raymond la Science dont il a été témoin, Michon écrit enfin :
    « Il avance, petit et trapu, la tête un peu basse, sans forfanterie aucune ; il rit, d'un rire qui n'est point un rictus, du rire d'un homme à qui on vient, d'en raconter une bien bonne. Pourtant, ce rire est presque méprisant. Dans cet immense dédain de l'organisation sociale, qu'il a tant de fois manifesté, ce jeune homme marche tranquillement à la mort. »
    Ce rire méprisant de Callemin marchant à la mort, un an avant la guerre mondiale, c'est celui de l'Anarchie bafouant une société qui ne propose rien d'autre aux hommes, comme remède à ses maux, que la tuerie générale.
    « Correspondance passionnéeLa Grande Rafle du Vel d'Hiv : 16 juillet 1942 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter