• Journaliers 28 - Dans l'épouvante le sourire aux lèvres Marcel Jouhandeau

     Journaliers 28 - Dans l'épouvante le sourire aux lèvres  Marcel Jouhandeau

     

     

     

    Quatrième de couverture

     

    Voici le dernier volume de ce grand roman éclaté que sont les Journaliers. Parvenu à ce point final d'où il peut prendre une vue rétrospective de toute l’œuvre, le lecteur mesure, à travers la dissémination des notes, des maximes, des anecdotes, l'unité du récit quasi quotidien de cette vie.

    Là se réfractent, à travers le regard et le ton du narrateur, les reflets, dans leur continuité, de plusieurs destins (ceux d'Élise, de Céline, de Marc...), de passions successives, de témoignages essentiels.

    Le retour de certains thèmes, de certaines figures, parfois dans une perspective onirique propre à l'auteur, justifie son affirmation à propos de son oeuvre

    « On peut dire d'elle ce que disait Lacordaire de l'Ave Maria : on la redit, on ne la répète pas. »

    Chaque moment se trouve modifié par l'éclairage du temps de l'ensemble. Ici, la grande vieillesse ne dément pas, dans la proclamation d'« une sorte de bien-être physique et de bonheur moral », l'allégresse du vivant, la sérénité du contemplatif. Elle confirme, par la clarté de la pensée et du style, une élégance morale que la mort, lucidement affrontée, ne parvient pas à défaire.

     

     

    Biographie de l'auteur

    Romancier, nouvelliste, essayiste et auteur de mémoires autobiographiques né à Guéret (Creuse) en 1889. A été, pendant trente-sept ans, professeur de sixième dans un pensionnat de Passy. Mort à Rueil-Malmaison en 1979.

     

    « La Mort d'Elise, octobre 1970 - septembre 1971 Marcel Jouhandeau Souffrir et être meprise Marcel Jouhandeau »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter