• Journal sous l'occupation Marcel Jouhandeau

     Journal sous l'occupation  Marcel Jouhandeau

     

     

     

     

    Quatrième de couverture

    Ce Journal sous l'Occupation de Marcel Jouhandeau, resté inédit jusqu'à aujourd'hui, recouvre la période 1939-1945. Les lecteurs qui sont devenus des familiers de Jouhandeau à travers le Mémorial et les Journaliers y trouveront leur auteur semblable à lui-même. Attentif à la qualité de son âme plus qu'aux malheurs du temps. Persécuté par Elise davantage que par les dangers de la guerre. Sans grand discernement politique, ce qui l'entraîne à accepter un voyage en Allemagne, puis à trembler plus que de raison quand la Libération approche. Certaines pages n'en demeurent pas moins un témoignage singulier sur des événements tels que l'entrée des Allemands à Paris ou les journées d'août 1944. La confrontation d'une personnalité, si peu conformiste, aux brassages d'une actualité mouvementée ne manque pas de grandeur, comme elle peut atteindre au burlesque. Dans un moment de découragement, il écrit : " Si l'on avait bonne conscience, on mourrait de ne pas être un cheval, un lion, un aigle, voire un âne plutôt qu'un homme. En fait de rois de la création nous en sommes la honte. " Mais il se reprend bientôt : " Dieu seul et moi savons de quoi il s'est toujours agi pour moi, où est ma faute, où j'en suis avec le mal, je devrais plutôt dire, avec l'Amour. "

     

    « Denis Benedetti Dictionnaire Labrune Le langage de la tribut Marcel Jouhandeau »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter