• Jeanne Marie Gaffiot Netchaïeff

    JEANNE MARIE GAFFIOT NETCHAIEFF

    Faut-il admirer Netchaïeff ou le haïr et l'exécrer ? Pourquoi son nom résonne-t-il comme le modèle fondateur, ancré dans nos mémoires, du révolutionnaire implacable, dont la pureté même suscite l'effroi ? Quel est le lien entre nos terroristes modernes et cet agitateur de l'antitsarisme ? Quels furent son rôle et son action, que lui doit le mouvement nihiliste et la révolution de 1917 et que penser de ses relations avec Bakounine et les exilés russes de son époque ?

    C'est à toutes ces questions que répond Jeanne-Marie Gaffiot. Suivant minutieusement un itinéraire qui part de Saint-Pétersbourg pour y revenir, on voit Netchaïeff débarquer en Suisse et développer sa stratégie d'entrisme et de chantage, d'utilisation des autres et de sacrifice personnel. Tout est bon qui va dans le sens de la Cause. Et c'est bien cette problématique, cette mystique révolutionnaire, cette relation nouvelle entre la fin et les moyens qui feront de Netchaïeff le symbole d'une interrogation philosophique aujourd'hui, plus que jamais, à l'ordre du jour.

    Que ce soit Dostoïevski dans Les Possédés, Tourgueniev dans Pères et Fils ou, plus près de nous, le Sartre des Mains sales ou le Camus des Justes, l'ombre de Netchaïeff, avec sa détermination absolue, continue de planer. Fascination ou répulsion : peut-on dire aujourd'hui que nous avons dépassé Netchaïeff et que sa perspective historique ne nous concerne plus ? Il serait plus salutaire de suivre avec attention ce parcours et, plutôt que de regarder de l'extérieur la machine révolutionnaire se mettre en marche, de s'attacher à en connaître, sur les lieux mêmes de ses débuts expérimentaux, les rouages moteurs et fondamentaux.
    « JEAN CLET MARTIN L AME DU MONDELA VIE SECRÈTE DE HOWARD HUGUES CHARLES HIGHAM »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter