• JACK KEROUAC Les Souterrains.

    JACK KEROUAC
    Les Souterrains 

    Jack Kerouac aurait, paraît-il, écrit Les Souterrains en trois jours dans l'état de transe que les beatniks, en révolte contre la société conformiste américaine, rêvent d'atteindre. C'est la brève et triste histoire d'amour de Léo et de Mardou, une tendre petite Noire qui passe ses nuits à traîner dans les bars de San Francisco en compagnie de jeunes beatniks. Elle tient farouchement à préserver son indépendance et rencontre un soir d'été un ancien matelot, Léo Percepied. Il aime cette vie folle et sauvage de la nuit, de l'ivresse, mais n'arrive cependant jamais à s'intégrer complètement à la bande des  Souterrains », à laquelle il voudrait tant appartenir. Léo ne répond à l'amour généreux de la pathétique Mardou que par des mesquineries et des rebuffades. Leur idylle à la fois sordide et magnifique se déroule au milieu de beuveries, de querelles et de moments d'extase. Et la douce Mardou finira par s'en aller.
    Les Souterrains ont consacré le talent de Jack Kerouac, considéré depuis Sur la route comme un des plus brillants auteurs d'avant-garde des États-Unis.
    Jack Kerouac est né en 1922 à Lowell, Massachusetts, dans une famille d'origine canadienne française.
    Son premier livre, The town and the city, paraît en 1950. Kerouac met ensuite au point une technique nouvelle, très spontanée, à laquelle on a donné le nom de littérature de l'instant, et devient chef de file de sa génération, dite la beat generation. En 1957, après avoir remis à son éditeur l'ouvrage qui devait le rendre célèbre, Sur la route, il part pour Mexico, Londres, Paris, Tanger. Il revient aux U.S.A. et s'installe à Big Sur, sur la côte du Pacifique. Revenu sur la côte Est, il vit avec sa mère à Long Island, où il est mort en 1969.
    « Reiner Schurmann Le principe d'anarchie.JACK KEROUAC Le vagabond solitaire »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter