• Claude Kappler - Le monstre - Pouvoirs de l'imposture -

     

     

     

    Le monstre, créature cosmique, paradoxale, fut symbole de Vie : il n'est plus que Mort. Art, société, politique, psychisme de tout cela, nous l'avons fait maître.
    Sommes-nous aujourd'hui malades de nos monstres, malades « imaginaires », imaginants? Par commodité, nous appelons monstre tout ce qui nous gêne. L'imaginaire s'est acoquiné avec la mauvaise conscience et la faiblesse. Trop paresseux ou trop lâches pour lutter contre « l'Adversaire », nous lui conférons le statut de monstre et nous jouons le jeu de l'impuissance. A l'ombre de nos fantoches érigés en divinités maléfiques, nous nous plaisons à leur imposture et nous disposons à périr dans le massacre des faux innocents.
    A cela, il est temps de dire NON. L'antidote existe : déposons les masques et renvoyons les monstres sur la scène qui est la leur.

     

    « Claude Boudet - La société concentrationnaire. Analyse de la société de consommation.Wilheim Reich La psychologie de masse du fascisme. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter