• Carine Fouquet Ad nauseam.

    Carine Fouquet

    Ad nauseam.



    Il était une fois…
    Une femme bienveillante et avisée par l’âge désire léguer à son très jeune époux un édifiant ménagier, pour lui servir après sa mort, en un temps où le masculin est honni, en un lieu où l’universel est féminin. Elle lui raconte comment, par amour de lui, elle brava l’interdit, protégeant sa naissance, comme autrefois, dit-on, la fille de Pharaon tira Moïse des eaux. Elle lui livre le conte de Vanon, paradigme de l’époux soumis et doux, d’une docilité aussi inhumaine que le fut celle de Grisélidis au Moyen Age. Et revient au présent, jouit de l’amoureux nourrissant son espoir insensé d’échapper à la sempiternelle lutte des sexes, qui cependant ne sauraient se passer l’un de l’autre… À moins que le monde n’ait déjà décidé de périr dans la joie générale des gens spirituels qui croiront à une farce…

    « Les corps introuvables Martin MelkonianAmerica Libre »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter